Le SNCL-FAEN mobilisé pour l'enseignement professionnel

Le SNCL-FAEN a participé à l'intersyndicale réunie le 5/6/2018 sur la réforme de l'enseignement professionnel. Les organisations représentées ont rédigé un courrier commun sur cette question cruciale envoyé au ministre. Pour consulter ce courrier, cliquez ci-dessous.

 

MOUVEMENT INTRA ACADEMIQUE 2018 : TOUTES LES INFOS

Maintenant que le mouvement inter-académique est conclu, il est temps pour la phase intra 2018 de débuter : chaque académie disposant de son calendrier propre d'opérations, nous mettrons ici à jour au fur et à mesure les informations collectées.

 

Nos responsables académiques et nationaux sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos choix et élaborer la meilleure stratégie pour vos voeux : 01 43 73 21 36.

 

Certaines académies ont d'ores et déjà publié les documents officiels d'accompagnement du mouvement que vous pouvez retrouver en cliquant directement sur le nom de l'académie de votre choix :

 

AIX MARSEILLE

AMIENS

BESANCON

BORDEAUX

CAEN

CLERMONT FERRAND

CORSE

CRETEIL

DIJON

GRENOBLE

GUADELOUPE

GUYANE

LA REUNION

LILLE

LIMOGES

LYON

MAYOTTE

MONTPELLIER

NANTES

NANCY METZ

NICE

ORLEANS TOURS

PARIS

POITIERS

REIMS

RENNES

ROUEN

STRASBOURG

TOULOUSE

VERSAILLES

Promotion hors classe 2018 : les règles du jeu

 Après une longue attente, les notes de service ministérielles définissant les nouvelles règles en matière de promotion hors-classe ont été publiées.
Ces notes fixent les modalités de notation et de classement des promouvables sur deux critères : l'ancienneté dans le grade et l'appréciation du Recteur. Cette dernière s'appuiera entre autres sur l'avis du chef d'établissement.
Un cadrage relativement précis vient contingenter le nombre et la répartition des divers types d'appréciation par vivier d'échelon.
L'ancienneté garde un certain ascendant sur l'appréciation du Recteur, même si celle-ci sera déterminante dans l'obtention plus ou moins rapide de la promotion.
Le SNCL FAEN vous présente en détails les nouvelles modalités dans un dossier consultable sur notre site internet.
Accédez à la présentation détaillée des modalités HORS CLASSE 2018.

Réforme de l'accès au supérieur : occasion ratée

  Pas plus qu’APB, la nouvelle plateforme d'inscription aux études supérieures qui attend les futurs bacheliers (désormais baptisée "Parcoursup") ne rendra justice aux lycéens. Souffrant déjà d’un déficit de confiance, cette nouvelle plateforme d’accès à l’université est discréditée d’entrée de jeu.
 

    Menée à la va-vite, la mise en place de Parcoursup fait preuve d’un manque d’organisation criant qui ne pourra que desservir les lycéens qui ne s’orienteront pas dans les filières les plus « prestigieuses ». Floue dans les attendus qui ne sont ni assez clairs pour aider les élèves ni adaptés au système d’évaluation du secondaire, tout en engageant la responsabilité des professeurs dans l’orientation des lycéens au-delà du raisonnable, elle répand l’inquiétude chez les enseignants, les élèves et leurs familles.


    Les universités, de leur côté, dont certaines sont loin d’être enthousiastes, n’auront ni le temps, ni les moyens d’éviter de recourir aux algorithmes tant décriés sous APB pour faire le tri des lycéens en se basant essentiellement sur les notes. Combien seront en mesure de mettre en place l’accompagnement personnalisé, les années "passerelle" ou de "remédiation" qui devraient pourtant être la clé de voute de la réforme ?


     Dans le second degré, la réforme du lycée conduira à des suppressions de postes massives dues à la baisse programmée des heures d’enseignement. C’est ce que le gouvernement semble anticiper dans les Dotations Horaires Globales (DHG) présentées en ce moment dans les établissements pour la rentrée scolaire 2018 qui laissent apparaître, selon les académies, soit le simple maintien des nombres de postes soit leur réduction, et ce malgré les hausses démographiques prévues.


    Dans le premier degré, les quelques créations de postes annoncées ne seront pas suffisantes pour compenser les dédoublements promis. Il s’ensuivra une explosion des effectifs des classes au-delà du CE1 avec à la clé un sentiment d’iniquité et une nouvelle dégradation des conditions de travail des professeurs.

L'ANALYSE SNCL du PLAN SAUVADET

La loi dite Sauvadet a été promulguée le 12 mars 2012, dans un contexte de fermetures drastiques de postes et de diminution du nombre de fonctionnaires qui n’a pas épargné les enseignants et les personnels d’éducation.

 

Cette loi ne prévoyait pas une résorption globale de la précarité mais la titularisation d’1/4 à 1/3 des contractuels. L’actuel gouvernement n’a pas modifié cette loi.

 

Le bilan « qualitatif » de la campagne 2013 du plan de titularisation Sauvadet par les concours réservés et examens professionnalisés met en lumière de nombreuses et graves difficultés de traitement des candidatures, des conditions de recevabilité parfois interprétées différemment d’un rectorat à l’autre, de criantes injustices et un nombre global de titularisations insuffisant.

 

 

LES DEMANDES DU SNCL-FAEN

concernant les concours réservés

 

  1. La possibilité pour tous les contractuels en CDI de pouvoir faire acte de candidature, sans autre condition.

 

  1. La redéfinition et la réécriture des conditions de recevabilité des candidatures pour les contractuels en CDD dans un sens beaucoup moins restrictif et de plus grande clarté. 

 

  1. La vérification de la recevabilité des candidatures avant la convocation aux épreuves. 

 

  1. L’augmentation du nombre de postes ouverts aux concours chaque année et l’allongement de la durée du plan au-delà des 4 ans. 

 

  1. L’utilisation pour les concours réservés et les concours internes des postes non utilisés par les concours externes.

 

  1. La garantie de réemploi des contractuels, sans baisse de quotité horaire, pendant toute la durée du plan. 

 

  1. La mise en place de formations préparatoires aux concours, dans toutes les académies, pendant toute la durée du plan de titularisation. 

 

 C’est pourquoi le SNCL-FAEN demande la modification de la loi SAUVADET pour en faire un véritable plan de titularisation des contractuels