En bref...

Pas de changement du protocole dans les établissements scolaires.

La grève du 10 novembre a été l’occasion de dénoncer les conditions réelles dans les établissements.

Alors que l’inquiétude règne dans les écoles, Jean-Michel Blanquer a  expliqué que la contamination venait d'ailleurs. Etrange...

L'enseignement supérieur bientôt embrigadé ?

La loi de Programmation pour la Recherche, violemment imposée par le gouvernement aux universités françaises, est actuellement en cours d'examen au Sénat. Bien que la quasi-totalité de la communauté enseignante crie au non-sens et alerte sur les effets désastreux de cette loi sur l'avenir de l'enseignement supérieur français, la ministre Mme Vidal persiste et signe... Au coeur du débat, la fin du recrutement collégial des maitres de conférence (qui seront désormais directement recrutés par les présidents d'université), l'appartition d'un "contrat du pauvre" pour les jeunes chercheurs qui vient institutionnaliser leur précarité, et une adhésion désormais demandée aux contenus d'enseignements universitaires aux "valeurs de la République". Or, en ces temps de liberté d'expression menacée, une notion philosophiquement aussi élastique que "les valeurs de la République" fait planer une ombre supplémentaire sur l'indépendance de la pensée dans notre pays... 

Liberté d'expression, mais pas trop !

 

Le mois dernier, le ministre de l’Education nationale a demandé à Mediapart de caviarder un extrait de la bande dessinée réalisée par Remédium et publiée en feuilletons via un blog hébergé par le site internet bien connu. Cette BD sur le monde enseignant écrite par un professeur de Tremblay, consacrait directement un chapitre au ministre. La liberté d'expression c'est bien, mais pas trop ! 

Si vous êtes intéressé(e) par cette BD (sans caviar...), elle est disponible aux éditions Des Equateurs ici :

http://www.editionsdesequateurs.fr/enLibrairie/oo/CasDecole

 

:-) 

 

 

Mutations interacadémiques 2021 : silence radio !

Après avoir promis une circulaire d'encadrement du mouvement inter-académique (qui commence habituellement en novembre) pour jeudi dernier, le ministère n'a finalement toujours rien publié au Bulletin officiel. Suite à la loi dite de "transformation de la fonction publique", il s'est déjà débarrassé de la consultation préalable des syndicats sur le sujet et fait maintenant disparaitre l'aide à l'élaboration au mouvement que nous pouvions fournir...

Seul aux commandes désormais, il agit à sa guise, en commençant par ne pas respecter les délais ! 

Le SNCL se montrera extrêmement vigilant sur toutes les éventuelles régressions des droits des collègues qui pourraient sortir au dernier moment, à la va-vite comme cela semble désormais être l'habitude prise Rue de Grenelle. Nous considérons en outre qu'il est anormal qu'un ministre communique des informations capitales pour la gestion des carrières des personnels par voie de presse, de même que, pour un porte-parole de gouvernement, d'annoncer des règles nouvelles ayant un impact fort sur le fonctionnement des établissements scolaires via... une story instagram, comme ce fut le cas pour les classes préparatoires et les IUT le dimanche veille de la rentrée ! 

Nous exhortons le ministère à mettre un terme à son déni idéologique du dialogue social, et à revenir à la norme à la dignité en matière de communication. 

BAC 2021

Les épreuves d’évaluation communes de première et terminale sont annulées au profit du contrôle continu.

À la suite d’une rentrée mouvementée dans plusieurs établissements, avec des blocages, des cours suspendus et une menace de grève, le ministre de l'Éducation renforce le protocole sanitaire dans les lycées.

Quid des collèges ? Le Covid 19 s’arrête-t-il au lycée ?